GULLIVER : un extrait de l'album de Marion et la distribution 

            Tout commence par un enfant se promenant au milieu de formes géométriques dont la variété et les couleurs figurent une multitude de jouets…un souvenir fugace du peintre Gulliver dont on suppose qu’il va s’agir de son histoire…

 

Puis un coup de pinceau et sans crier gare, un personnage étrange, couvert de mots sort de l’obscurité pour nous raconter une histoire. Il s’accompagne de sa guitare, il a l’allure d’un troubadour d’un autre temps, d’une époque qui n’existe que dans l’imaginaire.

            Il ne s’agit ni d’un ancien récit tapi dans les mémoires, ni d’un conte moderne sans origines, mais d’un monde atemporel peuplé de réminiscences et de rêves …souvenirs littéraires et mémoire de vies…celles des auteurs.

            Gulliver est le nœud de toute cette énigmatique aventure, il est à la fois l’égérie du voyage et de l’art, celui qui motive nos imaginaires et les déconcerte dans sa simplicité extrême. Il est le peintre et son obsession, il est un et multiple car nous sommes tous des Gulliver en quête d’un aboutissement. 

   Autour de son mystère évoluent d’autres héros, d’autres morceaux d’humanité cherchant un sens à leur existence. Deux femmes Andréa et Elsa toutes deux proscrites pour des raisons diverses, obligées de partir parcourir le vaste monde et un homme mauvais, est-ce le mal ? Oui sans doute, l’image de ce que peut devenir le genre humain assoiffé de pouvoir et d’argent, Taton Silver. Tous ces personnages ont un point commun, l’art et plus particulièrement la peinture, mais qui semble ici être l’allégorie de toutes les autres formes d’arts, de toutes celles qui sauvent et permettent à quiconque souhaitant s’y abandonner d’exprimer la nécessité de leur existence. La musique, l’écriture, la sculpture, la peinture, le chant, le théâtre s’allient pour créer un monde où règne le rêve, où l’on ne comprend que ce que l’on veut bien voir et entendre. Tout concourt vers l’harmonie de l’instant, dont il convient de saisir la beauté fugitive, d’admettre les raccourcis et de reconnaître l’irréalité pour mieux découvrir l’essentiel.

L’art crie, dit, peint, exprime de toutes ses forces les sensations extrêmes et intimes de l’être humain, il ne tient qu’à vous de vous laisser séduire et emporter vers le rêve de notre réalité.

 

texte de Marie Le Bec

 

DISTRIBUTION

 

Conception - Mise en scène

Armando BERGALLO

 

Création musicale

Tim SHELL

Julien HERRAIZ

Aurélie GARCIA

Texte

Armando BERGALLO

Marie LE BEC

Vidéo Art

Lesley SHELL

 

Lumière

David IACONO

Son

Gilles AXMANN

Architecte

Jean-Luc BARREAU

Masques

Patrick HOURQUET

Maquillage Coiffures

Estelle GARCIA

Chantal GARCIA

Régisseur

Julien SAINZ

Captation Vidéo

Vincent HOURQUET

 

Distribution

Gulliver : Romain PIERROT

Andréa : Célia DELAHAYE

Elsa : Chloé BARBE

Taton Silver : Julien SEVA

Orlando : Aurélie GARCIA

Le Troubadour : Julien HERRAIZ

L’Apprenti : Simon DELGRANGE

 

Avec les voix de

David ORTEGA - baryton

Elise DEUVE - soprano

 

Production artistique/Communication

Frederik VAN KLEIJ

 ATRAVEZ

 

UNE PRODUCTION ATRAVEZ 2010

www.atravez.com

contact@atravez.com

____________________
Rencontres   artistiques
Soutien à la création locale
ATRAVEZ est une association loi  1901.

 

Président: Julien SAINZ

Vice présidente: Josette LUCAS

Trésorier: Jean Manuel SAINZ

 


 

En savoir plus...